Les Dépêches
Les archives.

Le Maire de Gumri attaqué... [0]Commentaires
Date : 10/04/2007
Auteur
webmaster
Le Maire de Gumri et ses gardes du corps ont été soumis à une attaque Par Rita Karapetian, article provenant de Noyan Tapan du 9 avril 2007. Le 2 avril tard dans le soir le Maire de Gumri Vartan Ghoukassian et ses gardes du corps ont été soumis à une attaque armée près du carrefour du village de Parpi, sur l'autoroute Erévan- Gumri. Les deux voitures ont été touchées par plusieurs rafales. En conséquence, Artyom Adamian (né en 1985), Sisak Vartanian (né en 1981) et Hovhannes Mirzakhanian (né en 1970) ont été tués sur le coup. V. Ghoukassian et son adjoint Gaguik Manoukian ont été bléssés et ont dû être hospitalisés au centre médical de Saint- Grégoire l'Illuminateur d'Erévan (Surb Grigor Lousavoritch). Le chef du département de l'urbanisation de la mairie de Gumri Hovhannes Grkikian, le chauffeur Vatchik Gyughjoghlian et le passager Tigran Simonain n'ont pas été bléssès suite à cette attaque. Selon l'information soumise au correspondant de Noyan Tapan par le porte-parole de presse du PRA Edvard Charmazanov, les blessés sont à l'hôpital de Saint-Grégoire l'Illuminateur (Grigor Lousavoritch), et l'opération de Gaguik Manoukian a été réalisée avec succès Selon le communiqué du Ministère Public de la RA, un procès criminel a été intenté au département d'instruction du Ministère Public de la RA, basé sur l'article 104 de la partie 2 du point 6, l'article 34-104 de la partie 2 du point 6 et l'article 235 du code pénal de la RA. Selon le rapport du 4 avril du Parti Républicain d'Arménie, la tentative d'assassinat sur le Maire de Gumri, membre du Conseil de PRA Vartan Ghoukassian a eu lieu sur le chemin de retours de la séance du Conseil de PRA à Gumri. "Le Conseil de PRA exprime ses condoléances aux familles et proches des victimes de l'acte de banditisme, condamne le crime commis et exige décisivement des organes légaux de révéler rapidement les criminels et de les punir le plus sérieusement possible", a été dit dans le rapport du Conseil de PRA. Selon les derniers communiqués la vie des bléssés n'est pas en dangé. Les organes judicières continue de réaliser l'enquête.
Site de l'auteur:www.netarmenie.com
Turquie/UE et la question chypriote [0]Commentaires
Date : 08/12/2006
Auteur
vartan
Selon José Manuel Barroso, l'offre présentée par la Turquie semble aller plutôt dans la bonne voie. Ankara a en effet accepté d'ouvrir un de ses ports aux navires chypriotes et un aéroport aux avions en provenance de l'île, premiers pas pour éviter la suspension partielle de ses négociations d'adhésion à l'Union européenne. "Je ne connais pas encore exactement - parce que par écrit je n'ai encore rien reçu - quelle est exactement l'offre turque mais on va l'analyser, elle semble plutôt dans la bonne voie", a expliqué le président de la Commission européenne lors d'un échange avec des étudiants de l'école de commerce HEC, en région parisienne. "Elle confirme une chose, c'est que la position de la Commission était correcte parce que les Turcs n'ont pas quitté la négociation comme certains le craignaient, et les Turcs ont fait maintenant un geste qui semble plutôt positif, donc ils ont compris le message de l'Europe", a-t-il ajouté. La Turquie a pourtant accentué le trouble de l'Union européenne en opposant un silence assourdissant à sa demande d'un texte et de précisions sur l'offre qu'elle a présentée sur le dossier chypriote.
Site de l'auteur:www.cdca.asso.fr
La police retrouve les voleurs du bronze arménien du 92 [1]Commentaires
Date : 07/12/2006
Auteur
netarmenie
Les deux auteurs présumés du vol d'un bronze de 300 kg représentant l'alphabet arménien ont été interpellés ce week-end, a indiqué hier la police. L'objet avait été dérobé à la ville de Chaville (Hauts-de-Seine) dans la nuit du 13 au 14 octobre dernier, deux jours après le vote à l'Assemblée nationale d'une proposition de loi pénalisant la négation du génocide arménien. D'une valeur de 50 000 e, le bronze avait été offert à la municipalité par la communauté arménienne en 2002, en mémoire des rescapés du génocide. Les deux suspects, âgés de 26 et 29 ans, ont été arrêtés samedi à Issy-les-Moulineaux, alors qu'ils venaient de voler des tuyaux de cuivre. La police judiciaire a immédiatement fait le rapprochement entre les deux larcins. Ils ont été déférés devant la justice à l'issue de leur garde à vue. Depuis le mois de juin, plusieurs vols de métaux ont été enregistrés dans le département des Hauts-de-Seine.
Site de l'auteur:www.netarmenie.com
Chaville, stupeur après le vol du mémorial arménien [0]Commentaires
Date : 16/10/2006
Auteur
netarmenie
«Infame. » « Inqualifiable. » « Inadmissible.» tels sont les qualificatifs raportés par le quotidien Le Parisien. Le vol de la sculpture de bronze érigée à Chaville en mémoire des rescapés du génocide arménien plonge la communauté dans un profond désarroi. Hier midi, lors d'un rassemblement silencieux devant le socle de la sculpture disparue, évaluée à 50 000 €, les Arméniens de Chaville et les élus locaux ont très fermement condamné l'acte « inqualifiable, inadmissible, infâme » des malfaiteurs qui se sont emparés de cette oeuvre de bronze de quelque 350 à 400 kg dans la nuit de vendredi à samedi. Dans le recueillement, environ 150 personnes ont marché depuis l'église arménienne toute proche jusqu'au monument « profané », comme l'ont répété les participants à cette manifestation hier. « Rien ne peut justifier que nous subissions un tel affront », a clamé Stéphane Topolian, l'un des représentants de la communauté, devant le « mémorial profané ». Enchevêtrement composé des trente-six lettres de l'alphabet arménien, la sculpture porte de forts symboles. D'abord cet alphabet, « symbole de vie ». « C'est grâce à l'alphabet que notre peuple a survécu », insiste Antoine Bagdikian, président de l'association des anciens combattants et résistants. Au coeur des lettres en volutes figurait aussi la croix de Khatchkar, « symbole de vie et du passage de la vie terrestre à la vie céleste ». Meurtris, et dans la dignité, les participants à ce rassemblement ont exprimé leur émotion et leur « tristesse » en déposant des gerbes de fleurs sur le socle vide où subsistent quelques lettres de bronze fixées horizontalement. Pour les « victimes du génocide, le monument profané est leur véritable sépulture », s'est ému Jean-Jacques Guillet, député UMP et vice-président du conseil général, affichant son « indignation » face à l'acte « odieux » des voleurs de bronze. « Attristé », le maire de Chaville, Jean Levain (PRG), s'est engagé hier midi à tout faire pour « reconstruire ce monument ». « S'il est crapuleux, cet acte doit être sévèrement condamné. S'il est politique, encore plus », a ajouté l'édile. Des bandes spécialisées dans le vol de métaux La communauté arménienne voit en ce vol une réponse à l'adoption, jeudi, d'une proposition de loi condamnant la négation du génocide de 1915. S'ils n'écartent aucunement cette hypothèse, les enquêteurs de la police judiciaire des Hauts-de-Seine, chargés de faire la lumière sur cet étrange larcin, privilégiaient hier encore la piste crapuleuse. Depuis plusieurs mois, la flambée du cours des métaux fait naître de nouvelles vocations parmi les malfaiteurs. Des équipes organisées se spécialisent en la matière. Les voleurs de la sculpture arménienne étaient nécessairement bien organisés. Il leur a fallu dessouder ce bronze de près de 2 m de haut et le charger dans une camionnette, aperçue par un témoin, entre 0 h 30 et 1 heure du matin la nuit du vol. Vers 3 heures du matin, un autre témoin a entendu deux bruits sourds. Une fois dessoudée, la sculpture a dû être basculée avant d'être chargée. C'est peut-être le bruit de la chute du bronze que ce témoin a entendu. Le visionnage de la caméra de surveillance balayant les abords de la gare, située juste en face du monument, pourrait permettre à la PJ de faire avancer l'enquête.
Site de l'auteur:www.netarmenie.com
Turquie/UE et la question chypriote [0]Commentaires
Date : 01/01/2006
Auteur
vartan
Selon José Manuel Barroso, l'offre présentée par la Turquie semble aller plutôt dans la bonne voie. Ankara a en effet accepté d'ouvrir un de ses ports aux navires chypriotes et un aéroport aux avions en provenance de l'île, premiers pas pour éviter la suspension partielle de ses négociations d'adhésion à l'Union européenne. "Je ne connais pas encore exactement - parce que par écrit je n'ai encore rien reçu - quelle est exactement l'offre turque mais on va l'analyser, elle semble plutôt dans la bonne voie", a expliqué le président de la Commission européenne lors d'un échange avec des étudiants de l'école de commerce HEC, en région parisienne. "Elle confirme une chose, c'est que la position de la Commission était correcte parce que les Turcs n'ont pas quitté la négociation comme certains le craignaient, et les Turcs ont fait maintenant un geste qui semble plutôt positif, donc ils ont compris le message de l'Europe", a-t-il ajouté. La Turquie a pourtant accentué le trouble de l'Union européenne en opposant un silence assourdissant à sa demande d'un texte et de précisions sur l'offre qu'elle a présentée sur le dossier chypriote.
Site de l'auteur:www.cdca.asso.fr
Coopération renforcée entre l'Arménie et la Ligue Arabe [0]Commentaires
Date : 21/01/2005
Auteur
vartan
L'Arménie vient de signer un protocole d'accord avec la Ligue Arabe. En visite au Caire, mercredi 19 janvier 2005, le ministre des Affaires étrangères d'Arménie Vartan Oskanian et le sécrétaire général de la ligue, Amr Musa, ont signé un mémorandum pour des consultations et une coopération politique régulières dans les domaines de la science, de l'éducation et de la culture. Cet accord devrait permettre une nouvelle phase de coopération entre l’Arménie et l’organisation pan-Arabe.
Au cours de la réunion, les deux parties ont échangé leurs points de vue sur la situation internationale. Oskanian et Musa ont longuement abordé le sujet des élections en Irak et l'issue concernant le règlement du conflit israélo-palestinien. Vartan Oskanian a donné des précisions au sécrétaire général de la ligue Arabe sur la situation actuelle du règlement du conflit de Haut-Karabakh et la situation des relations de l'Arménie avec ses voisins. Durant son séjour, le ministre Oskanian a rencontré la ministre Egyptienne de la coopération internationale Mme. Faiza Abul Naga ainsi que le ministre des Affaires étrangères d'Egypte Ahmed Aboul Gheit.
Site de l'auteur:www.cdca.asso.fr
Genève invite les villes de Suisse à reconnaître le génocide Arméniens [0]Commentaires
Date : 20/01/2005
Auteur
vartan
Le soir du 18 janvier 2005, le Conseil municipal de la Ville de Genève a reconnu, dans sa session plénière, le génocide des Arméniens de 1915 et a invité toutes les villes de Suisse à faire de même. La décision a été prise à l’unanimité du législatif genevois.
Toutes les formations politiques se sont regroupées autour de cette décision qui, par l’envergure du vote et le caractère de son message, offre une nouvelle dimension à la connaissance et à la reconnaissance universelle de ce génocide, alors que cette année on commémore son 90è anniversaire. La déclaration rappelle que ce génocide est un des seuls crimes contre l’humanité qui continuent à être niés par l’État même qui est l’héritier politique des auteurs de ce génocide et qui va jusqu’à criminaliser l‘acte de sa reconnaissance.
En Suisse, même après sa reconnaissance à la majorité absolue par le Conseil national le 16 décembre 2003, le Conseil fédéral persiste à ne pas reconnaître ce génocide, laissant aux historiens le soin de se prononcer sur la qualité du crime alors que c’est au politique de le définir et de le dénoncer, tel qu’il l‘a été fait dans la Convention de l‘ONU sur le génocide. De son côté, le gouvernement turc a été largement désavoué, en Europe comme aux États-Unis, où la Chambre des Représentants a dernièrement décidé de lui interdire d’utiliser pour sa propagande révisionniste l’aide au développement qu’il lui octroyait. À la fin décembre 2004, le Parlement des Pays-Bas, un des États fondateurs de l’Union européenne, devait reconnaître à l’unanimité le génocide des Arméniens en demandant à son gouvernement de rappeler la reconnaissance de ce crime à chaque rencontre avec les représentants turcs.
Par ce geste décisif, la Ville de Genève, symbole international, rappelle sa longue tradition d'engagement pour les droits de l’homme, le respect des minorités et la justice pénale internationale. Elle souligne le caractère imprescriptible des crimes contre l’humanité et oeuvre concrètement pour la réconciliation, sur la base de la vérité, des peuples turc et arménien.
Site de l'auteur:www.cdca.asso.fr
La négation du génocide arménien pénalisée en France en 2005 ? [0]Commentaires
Date : 06/01/2005
Auteur
vartan
La loi française reconnaissant le génocide arménien* a été mise à l’épreuve lors du récent procès intenté par le Comité de Défense de la Cause Arménienne (CDCA) à l’encontre du Consul Général de Turquie à Paris.
Le jugement rendu par la 17ème chambre du Tribunal de Grande Instance de Paris le 15 novembre 2004 démontre que la contestation en France du génocide arménien n’est pas un délit. Cette décision ayant apportée la preuve qu’il faut une loi pour protéger les citoyens français de la négation du génocide arménien, le Comité de Défense de la Cause Arménienne (CDCA) demande aux parlementaires d’ajouter un volet pénal à la loi du 29 janvier 2001 sans quoi, la France prendrait le risque de laisser se développer l’Hydre négationniste.
Nous adressons un message particulier aux différents groupes parlementaires de l’Assemblée Nationale :

- au groupe socialiste, qui a déposé le 8 juin 2004 une proposition de loi sanctionnant le génocide arménien (n°1643), auquel nous demandons d’utiliser sa plus prochaine niche parlementaire,
- aux députés UMP et UDF ayant signé la proposition de loi (n°1359) déposée en janvier 2004, auxquels nous demandons de soumettre en conférence des Présidents la mise à l’ordre du jour de la discussion sur leur proposition de loi,
- à tous les députés qui ont indépendamment déposé des propositions de loi dans ce sens (n° 479 et n°300), auxquels nous demandons de se réunir pour envisager la meilleure façon de faire aboutir le vote.
« La nécessité de sanctionner pénalement le négationnisme en France devient cruciale cette année, notamment dans l’optique de l’ouverture des négociations d’adhésion de la Turquie à l’Union européenne. La multiplication des actes anti-arméniens, les publications et autres pamphlets négationnistes édités sur Internet sont autant d’éléments qui nous dictent l’importance de cette démarche » a déclaré Harout Mardirossian, président du Comité de Défense de la Cause Arménienne.
* «La France reconnaît publiquement le génocide arménien de 1915», loi 2001-70 du 29 janvier 2001.
Paris, le jeudi 6 janvier 2005.
http://www.cdca.asso.fr
Site de l'auteur:www.cdca.asso.fr
Les Pays-Bas reconnaissent le génocide arménien de 1915 [2]Commentaires
Date : 22/12/2004
Auteur
vartan
Mardi 21 décembre 2004, les parlementaires néerlandais ont adopté à l’unanimité une motion reconnaissant le génocide des Arméniens. Cette motion avait été déposée dès le vendredi 17 en réaction à l’occultation de la question arménienne par le Conseil européen. Les parlementaires néerlandais, et singulièrement les Chrétiens-Démocrates (CDA) à l’origine de la motion, avaient peu apprécié de voir leur Ministre des Affaires Etrangères, M. Bot, se déjuger, en taisant – contrairement à ses promesses - la question du génocide lors du Sommet de Bruxelles. Ainsi la motion adoptée demande au gouvernement des Pays-Bas « de soulever continûment et explicitement la question du génocide des Arméniens dans le cadre du dialogue avec la Turquie ».
« Nous adressons nos plus vives félicitations aux parlementaires néerlandais, qui à l’image de leurs collègues slovaques il y a quelques semaines rachètent la dignité de l’Europe et permettent à ses citoyens de croire encore au projet européen. » a déclaré Hilda Tchoboian, présidente de la Fédération Euro-Arménienne. « Nous compliments vont aussi à l’ensemble des associations arméniennes des Pays-Bas qui, par le travail qu’elles mènent depuis plusieurs années, en commun et avec abnégation, ont permis ce résultat » a-t-elle continué.
« Aujourd’hui, les chefs d’Etats et de gouvernement des 25 apparaissent de plus en plus esseulés et en fracture avec leurs opinions sur la question turque. Les citoyens européens ont compris ce qu’est l’Union, pas leurs exécutifs qui sont prêts à vendre le projet européen pour une mésalliance avec une Etat ultranationaliste et négationniste. 25 chefs d’Etat ne peuvent avoir raison contre 500 millions d’Européens » a-t-elle conclu.
Site de l'auteur:www.cdca.asso.fr
Conseil Européen, manifestation des Arméniens d'Europe à Bruxelles [0]Commentaires
Date : 17/12/2004
Auteur
vartan
Décision du Conseil européen sur la Turquie : réactions des organisations arméniennes
Plus de 10 000 Arméniens d’Europe se sont rassemblés ce vendredi 17 décembre 2004 à Bruxelles en marge du Conseil Européen, pour demander à l’Europe de prendre en compte la reconnaissance du génocide arménien par la Turquie, comme préalable à l’ouverture des négociations d’adhésion à l’Union Européenne.
Le Comité de Défense de la Cause Arménienne (CDCA) et la FRA Dachnaktsoutioun (Parti Socialiste Arménien) ont pris acte des conclusions du Conseil Européen et regrettent que l’Union européenne n’ait pas fait preuve du courage politique nécessaire, pour obtenir de la Turquie des engagements concrets sur Chypre et le génocide arménien.
Selon Mourad PAPAZIAN, président de la FRA Dachnaktsoutioun, un des organisateurs de la manifestation, « l’Europe a tort de démultiplier les concessions par rapport à Ankara ; le Conseil européen aurait dû exiger de la Turquie la reconnaissance du génocide arménien. Comment peut-on négocier avec un état génocidaire et négationniste ? Le Conseil Européen aurait dû exiger de la Turquie la reconnaissance de Chypre. Comment peut-on accepter qu’un Etat candidat refuse de reconnaître un Etat membre de l’Union Européenne ? » Mourad PAPAZIAN a ajouté que « les conclusions du Conseil Européen risquent de creuser encore plus fortement le fossé entre les peuples de l’Union européenne opposés à l’entrée de la Turquie et les gouvernements plutôt favorables ».
Pour sa part, Harout Mardirossian, président du Comité de Défense de la Cause Arménienne a déclaré : « le fait que l’Europe ait différé l’ouverture des négociations au dernier trimestre 2005 constitue, en soi, un recul pour la Turquie. Mais cette période de 10 mois doit être mise à profit pour obtenir des engagements forts avant même l’ouverture des négociations ». Harout Mardirossian a estimé que « les Arméniens d’Europe seront à l’origine d’un formidable mouvement de mobilisation contre cette Turquie en Europe. Les gouvernements seront très sérieusement mis devant leurs responsabilités ».
A l’issue de la manifestation, le Comité de Défense de la Cause Arménienne (CDCA) et la FRA Dachnaktsoutioun (Parti Socialiste Arménien) ont appellé les 25 Chefs d’Etat et de Gouvernement à convaincre la Turquie de faire cet acte de mémoire rappelé par le Président Jacques Chirac, mercredi 15 décembre dernier.
Site de l'auteur:www.cdca.asso.fr
Suivants.


3 personnes connectées
| Accueil | Histoire | Géographie | Economie | Culture | Politique | Religion | Tourisme | Diaspora | Point de Vue |